FR NL EN DE 

 Menu

Plan du domaine

Cliquez sur les points pour découvrir les différentes pièces de l'Abbaye...

L’église est l’édifice le plus important de l’abbaye : 94 m de long, les voûtes de la nef culminant à 23 m. Sa construction débute en 1197, en style roman, comme en témoigne le porche d’entrée. Dès 1210, sous l’impulsion de l’abbé Conrad d’Urach, on adopte le style gothique. A la fin du 13e siècle, des chapelles latérales sont accolées au bas-côté nord. Vers le milieu du 18e siècle, les abbés font moderniser la façade selon le goût néoclassique de l’époque, mais il n’en subsiste aucun vestige. Les moines se réunissent dans l’église sept fois par jour et une fois la nuit pour les offices. Ils prennent place dans des rangées de sièges se faisant face : les stalles. Aujourd’hui, on distingue encore leur emplacement dans la partie orientale de la nef. Les moines sont séparés des convers et des hôtes par une haute cloison qui n’existe plus aujourd’hui : le jubé.
Le cloître est un préau entouré de galeries couvertes qui desservent et unissent les différentes parties de l’abbaye. Cet espace est réservé aux moines. Face à l’entrée du réfectoire des moines dans la galerie sud, se trouvait un lavabo, aujourd’hui disparu. Les moines s’y lavaient les mains avant les repas. À l’ouest se trouvait une ruelle destinée aux convers. Au 15e siècle, elle est supprimée. Agrandi, le cloître carré devient rectangulaire.
Construit au 13e siècle, ce magnifique bâtiment de style gothique est un lieu important de la vie communautaire. Les tables sont disposées le long des murs. Les moines mangent en silence sous la présidence de l’abbé ou du prieur. Une lecture est faite du haut de la chaire du lecteur. On distingue encore, dans le mur ouest, l’escalier d’accès à cette chaire, supprimée au 18e siècle.
L’abbé exerce la justice pour les délits mineurs commis sur les terres de l’abbaye. Comme chef spirituel de la communauté, il a aussi autorité pour punir les moines indisciplinés. Ainsi s’explique la présence de prisons dans l’abbaye. Chaque cellule dispose d’une latrine.
De plan octogonal, cette chapelle est consacrée en 1616. Elle abrite à l’époque une statuette miraculeuse de Notre-Dame de Montaigu, offerte à l’abbaye par l’évêque d’Anvers. Cette dernière se trouve aujourd’hui dans l’église paroissiale de Villers-la-Ville.
Résidence de l’abbé, ce palais est construit en 1721 dans le style néoclassique, avec cour d’honneur et jardins. Il est situé à l’écart du cloître car la fonction d’abbé nécessite qu’il reçoive fréquemment des hôtes de marque.
Le complexe de la porterie sert à accueillir et contrôler ceux qui entrent dans l’abbaye. Il est articulé autour de deux bâtiments, les porteries extérieure et intérieure, reliés par une voie. La porterie intérieure est démolie au 18e siècle. La porterie extérieure, dite « Porte de Bruxelles » existe toujours. Outre ces deux édifices, les fouilles archéologiques ont mis au jour un véritable quartier, composé de nombreux bâtiments séparés du cœur de l’abbaye.
Ce bâtiment est construit au 13e siècle pour recevoir tous les hôtes de passage, ainsi que saint Benoît le recommande dans sa Règle. Au rez-de-chaussée se trouve le réfectoire et à l’étage le dortoir. Ce bâtiment est transformé en brasserie au 16e siècle.
Chaque jour, après l’office du matin, les moines se réunissent dans cette pièce, sur des bancs situés le long des murs. Sous la présidence de l’abbé, on y lit un chapitre de la règle de saint Benoît. Le chapitre est aussi le lieu où sont exposés les problèmes et où se prennent les décisions. On y élit l’abbé, on y débat de l’admission d’un novice. On s’y accuse de ses manquements à la Règle. De la salle du chapitre primitive subsiste une fenêtre à géminée de style roman donnant sur le cloître. Le reste de la salle a été modifié au 18e siècle.
Logos